Retrouvez tous les communiqués et dossiers de presse de la Fondation pour la Nature et l'Homme

CONTACT PRESSE


FILTRER PAR :

08.07.2019

Comment mettre en place un véritable véto climatique?


Le 25 octobre 2017, le gouvernement français a présenté son plan d’action sur le CETA. A cette occasion, il a évoqué la mise en place d’un« véto climatique » reprenant ainsi le titre d'une proposition portée par l’Institut Veblen et la FNH ainsi que par la commission d’experts chargée d'évaluer le CETA, présidée par K. Schubert et nommée par le Gouvernement. Mais la solution qu'il met en avant vide la proposition de son contenu, la rendant ainsi inopérante. La présente note vise à démontrer pourquoi la proposition du gouvernement n’aura pas l’effet escompté et présente nos propositions pour que soit mis en place un mécanisme efficace de véto climatique. 


01.07.2019

Biodiversité : les chercheur·e·s ont besoin de l’aide des citoyen·ne·s pour collecter plus de données sur les espèces


Entre juin 2018 et juin 2019, 70 000 Français·e· se sont engagé·e·s dans des programmes de sciences participatives dédiés à la biodiversité. Au regard de l’urgence à agir, ce nombre demeure cependant nettement insuffisant. La Fondation Nicolas Hulot, le Muséum national d’Histoire naturelle et l’Union nationale des CPIE appellent à une mobilisation collective, dès cet été.


21.06.2019

Urgence climatique et écologique : à peine actée, déjà oubliée ?


Communiqué de la FNH et des ONG du Réseau Action Climat 

Réaction au passage en commissions à l’Assemblée nationale du Projet de Loi énergie-climat

La loi sur l’énergie et le climat devrait avoir pour principal objet de créer les moyens immédiats pour crédibiliser et renforcer l’action climatique et énergétique de la France. Alors que des millions de citoyens jugeront l’action écologique du gouvernement à l’aune de cette loi, après son passage en commissions, le compte n’y est pas. En l’état, le projet de loi ne corrige en rien les erreurs de la précédente mandature, ni celles du gouvernement actuel et ne permettra pas à la France de rattraper son retard, souligné par l’Affaire du Siècle et, le 18 juin dernier, par la Commission européenne. Faut-il rappeler aux députés et au gouvernement qu’il ne suffit pas de voter l’urgence climatique et écologique, mais qu’il faut y répondre maintenant, avec des mesures concrètes et applicables dès ce quinquennat ? 

Une priorité pour la FNH : rendre obligatoire la rénovation des passoires énergétiques

Le gouvernement et la majorité ont rejeté l’interdiction progressive de mise en location des passoires thermiques, ces logements impossibles à chauffer. Ce, malgré un soutien de la société civile et de nombreux députés en faveur d’un droit pour tous à un logement à la facture d’énergie abordable. Le gouvernement a préféré défendre des mécanismes incitatifs. Pourtant, l’expérience montre que les incitations dans ce secteur sont nécessaires mais insuffisantes, à un moment où nous avons cruellement besoin de rénover plus de logements de manière performante pour tenir nos objectifs climatiques et énergétiques. La mise sous séquestre d’une partie du montant de la vente d’une passoire énergétique pour financer des travaux de rénovation est limitée à une expérimentation pendant deux ans dans les zones tendues et à partir de 2021. Seule consolation, les députés ont voté un plafond de consommation d’énergie dans les critères de décence des logements, une avancée dont l’efficacité dépendra des modalités (plafond de consommation, entrée en vigueur…) qui seront précisées par décret.

Pour lire la suite de la réaction sur les autres thématiques de la loi : https://reseauactionclimat.org/urgence-climatique-actee-oubliee/

Contact à la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme : 
Célia Gautier, Responsable Climat-Énergie.


20.06.2019

Nouveau faux pas de l’Acte II du gouvernement ?


Le 12 juin dernier, le Premier Ministre annonçait l’acte II du gouvernement en matière de transition écologique et de justice sociale. Le 3 juillet prochain, le gouvernement devrait présenter la loi de ratification du CETA en conseil des ministres. En faire l’un des premiers textes présentés en conseil des ministres est pour le moins surprenant par son incohérence. Car non, le CETA (accord de libre échange UE/Canada) n’est ni un vecteur de transition écologique, ni un facteur de justice sociale ! La Fondation Nicolas Hulot, l’Institut Veblen et foodwatch appellent une nouvelle fois les parlementaires à s’opposer à la ratification du CETA, seule issue pour demander une renégociation du texte et en faire un accord de juste échange cohérent avec les grands discours du Président de la République et du Premier Ministre.