Penser la transition

Et si la démission d’un homme seul pouvait donner le coup d’envoi d’une mobilisation inédite ?

Publié le 04 septembre 2018
Un homme seul ne peut rien. Nicolas Hulot l’avait dit, répété : « Il n’y a pas d’homme providentiel ». Son départ sonne aujourd’hui comme un cruel rappel de cette prophétie. « Où sont mes soutiens ? » se désolait-il sur l’antenne de France Inter mardi 28 août, « Est-ce que j'ai une société structurée qui descend dans la rue pour défendre la biodiversité ? Est-ce que j'ai une formation politique, une union nationale sur un enjeu qui concerne l'avenir de l'humanité et de nos propres enfants ?". Pourtant, depuis jeudi, dans les journaux, les radios, les réseaux sociaux, les voix s’élèvent et les initiatives se multiplient pour dire « Il faut changer la donne avant qu’il ne soit trop tard ». Et si la démission d’un homme seul pouvait donner le coup d’envoi d’une mobilisation inédite ?

La société civile s’organise

Mardi 28 août 8h20, face au micro de France Inter, Nicolas Hulot égrenne les dossiers qui n’avancent pas assez vite, dénonçant une stratégie des petits pas absolument incompatible avec l’ampleur de la catastrophe annoncée et justifiant sa démission de sa fonction de ministre. « Le modèle économique et marchand, qu’on s’évertue à réanimer est la cause de tous les maux » déplore-t-il en regrettant être « seul à la manœuvre ». 

Très vite, comme un écho au choc de l’annonce, la réplique s’organise. Emanant d’ONGE, de personnalités médiatiques ou de simples citoyens, les initiatives germent un peu partout. Si les modalités sont diverses, elles poursuivent un but commun : rappeler que les citoyens ont conscience de l’enjeu qui se joue et demander au président de la République de s’affranchir de la stratégie des petits pas pour apporter des réponses à la hauteur de l’enjeu.

Mobilisation citoyenne pour l'environnement

Près de 80% des citoyens ignorés par le pouvoir en place

Selon un sondage du JDD, 78% des Français veulent que l’écologie soit érigée en priorité du gouvernement. Pourtant ces voix unanimes, convergentes, venant de tous horizons politiques, sociaux ou économiques ne sont pas prises en compte. 

Alors, pour que le départ de Nicolas Hulot, sonne comme un nouveau départ, mobilisez-vous ! Faites entendre votre voix. Dites à Emmanuel Macron et à l’ensemble de la classe politique votre volonté de mettre en place la stratégie des grands pas pour notre avenir et celui de nos enfants. Vous pouvez trouver ci-dessous quelques initiatives pour vous faire entendre. 

Les prises de paroles

Une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron par 10 ONGE relayée par France Info (radio et TV) :

10 ONGE, parmi lesquelles les Amis de la Terre, France Nature Environnement ou encore la Fondation pour la Nature et l’Homme ont publié sur France Info une lettre ouverte  adressée à Emmanuel Macron pour lui demander de changer de cap et de requestionner la place du ministre de l’Ecologie dans le dispositif institutionnel : « Cette démission est l'occasion de rappeler que l'homme providentiel n'existe pas et qu'un ministre, fût-il déterminé, est et demeure un homme seul. Au regard des tensions que suscite la transition écologique, il est nécessaire de créer et entretenir une mobilisation citoyenne et populaire. »

L’appel des 200 personnalités publié dans le Monde 

A l’initiative de Juliette Binoche et de l’astrophysicien Aurélien Barrau, plus de 200 personnalités, parmi lesquelles des experts du conseil scientifique de la FNH appellent au sursaut politique : « Nous considérons donc que toute action politique qui ne ferait pas de la lutte contre ce cataclysme sa priorité concrète, annoncée et assumée, ne serait plus crédible. »

Quelques initiatives citoyennes parmi d’autres recensées pour vous

Une marche organisée le samedi 8 septembre à Paris et dans plusieurs villes de France

Proposée par un citoyen sous forme d’un événement facebook, cette marche est programmée à Paris samedi 8 septembre de 14h à 17h ainsi que dans plusieurs villes de France (Avignon, Bordeaux, Chamonix, Clermont, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Montpellier, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse et même Bruxelles, Genève et Montréal.  Elle est aujourd’hui soutenue par plusieurs associations dont 350 France, Notre affaire à tous, CRID ou Bloom. Plus de 75 000 personnes se sont déjà déclarées « intéressés ». Une extension a d’autres villes de France est en cours.

Une pétition publiée par un citoyen sur change.org

 Intitulée " Non, Monsieur Hulot, vous n’êtes pas seul », cette pétition  cumule aujourd’hui plus de 62 000 signatures " . 

L’initiative « On prend le relais » proposée par un collectif citoyen sur facebook

Vous pouvez manifester votre soutien et votre envie d’agir en publiant, sur vos réseaux sociaux, une petite vidéo de 3 secondes sur le modèle « Je suis PRENOM, je prends le relais » avec le #OnPrendLeRelais.


Dans les mêmes thématiques

ClimatBiodiversité