Penser la transition

La COP 21 : une voie pour la paix par Nicolas Hulot

Publié le 26 novembre 2015
Chaque vendredi, Les Echos consacrent un dossier aux enjeux de la conférence climat (COP 21) qui se tiendra à la fin de l’année à Paris. Dans le dossier 20/11/15, Nicolas Hulot rappelle pourquoi les attentats tragiques du 13 novembre à Paris ne sont pas déconnectés de la question du réchauffement climatique.

Texte de la tribune « Une voie pour la paix » - les Echos - 20/11/15

Osons prendre soin de la Terre, notre maison commune, et de l'ensemble des êtres vivants qu'elle abrite car c'est ainsi que nous pacifierons le monde.

 

« Après le choc et la douleur des attentats du 13 novembre à Paris, beaucoup se demandent si la lutte contre le réchauffement climatique ne devrait pas passer au second plan ?

Certains ont même été jusqu'à réclamer le report de la COP21 ! Ce serait là une énorme erreur tant il est vrai que le climat est un accélérateur des tensions, un multiplicateur de risques. Ainsi, en Syrie, la sécheresse historique de 2007 à 2010 a provoqué le déplacement interne de près de 1 million de personnes, soit 5 % de la population. Imaginez la même chose en France : 3 millions d'individus sur les routes à la recherche d'un abri et de moyens de subsistance. Comment croire que de tels mouvements de population, qu'une telle vague de misère et de désespoir ne fassent pas le lit de tous les extrémismes ?

Par ailleurs, le pétrole issu des régions qu'il contrôle reste toujours une manne financière pour Daech. Ce même pétrole utilisé chaque jour pour se déplacer, se chauffer, alimenter les industries. Sans prétendre que le réchauffement climatique et la dépendance de l'économie mondiale aux énergies fossiles sont la cause première de la montée du terrorisme, on ne peut nier qu'ils contribuent largement à l'instabilité géopolitique. Aussi, prendre des mesures énergiques, pour sortir de notre dépendance aux énergies fossiles et pour aider les pays les plus vulnérables à s'adapter aux conséquences du réchauffement, s'avère plus que jamais indispensable. Ce sont bien là les enjeux majeurs de la COP21.

Osons prendre soin de la Terre, notre maison commune, et de l'ensemble des êtres vivants qu'elle abrite car c'est ainsi que nous pacifierons le monde. »

 

Retrouvez cette tribune sur le site des Echos.