La FNH à la Convention citoyenne pour le climat

Publié le 17 décembre 2019
À la demande des 150 citoyens de la Convention Citoyenne pour le Climat, Nicolas Hulot a été auditionné pendant 2 heures le vendredi 15 novembre au CESE. Interrogé sur 10 séries de questions par les représentants de chaque groupe de travail, il a porté les propositions de la FNH en rappelant l’incompatibilité du modèle économique actuel avec les enjeux sociaux et écologiques ainsi que les 3 grands principes de la transition : la prévisibilité, l’irréversibilité et la progressivité. Son audition fut aussi l’occasion de réaffirmer la nécessité de pérenniser la place du citoyen dans les institutions.

Des propositions de la FNH pour changer les règles du jeu et agir en grand

L’exercice de la Convention Citoyenne pour le Climat est unique, tout comme l’urgence écologique et sociale actuelle. De fait, la responsabilité de tous et toutes est en jeu pour faire converger transition écologique et justice sociale. Car au-delà de la vision dont il faut s’armer pour avancer ensemble, il s’agit d’identifier collectivement les conditions d’une transition juste. Se loger, se nourrir, se déplacer, produire et consommer, se déplacer... C’est pourquoi, à travers 5 entrées thématiques différentes, c’est un même défi partagé que la FNH adresse, celui de transformer nos pratiques, nos habitudes, les règles du jeu institutionnelles, commerciales, budgétaires.

Nicolas Hulot appelle les citoyens à voir les choses en grand

Nicolas Hulot a ainsi rappelé l’impérieuse nécessité de faire des enjeux écologiques un « prisme à travers lequel passer toutes les politiques climatiques. (…) Nous devons opérer un changement de modèle, qui ne pourra pas avoir lieu par de simples ajustements à la marge ». 

Le président de la Fondation Nicolas Hulot a insisté tout au long de son intervention sur la nécessité, face à la crise écologique et climatique, de « faire les choses en grand. (…) On dit parfois, Hulot s'est radicalisé. Non, c'est la situation qui s'est radicalisée », a-t-il expliqué, en rappelant que « tout se joue dans un temps court car nous avons perdu énormément de temps (…) Ce n'est pas que je ne m'accommode pas de petits pas, mais il faut éviter que la situation nous échappe ».

« J'espère que cette Convention ne sera pas un aboutissement mais le début de la présence des citoyens dans de nouvelles institutions », a souligné Nicolas Hulot.

La Convention a débuté le 4 octobre 2019 et prévoit de se réunir à 6 reprises, pour remettre ses conclusions fin janvier 2020 au gouvernement.