Penser la transition

L’écologie perd son unique allié au gouvernement

Publié le 28 août 2018
La démission de Nicolas Hulot met Emmanuel Macron au pied du mur. Le président de la République prendra-t-il enfin la mesure de ses responsabilités ?

La Fondation pour la Nature et l’Homme a appris ce matin la démission de Nicolas Hulot de ses fonctions de Ministre de la transition écologique et solidaire. Elle salue l’engagement et la sincérité de son fondateur, ainsi que sa volonté sans relâche de faire avancer la cause de l’écologie. 

La Fondation déplore que le gouvernement n’ait toujours pas répondu à l’urgence de la situation, ni pris les grandes mesures propres à faire de la transition écologique et solidaire le socle de toutes les politiques publiques. 

La Fondation pour la Nature et l’Homme appelle le chef de l’Etat, le gouvernement et les parlementaires à prendre en compte immédiatement cet électrochoc politique :

En inscrivant la lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité et le principe de non-régression à l’article premier de la Constitution.

En concrétisant l’interdiction du glyphosate d’ici 3 ans.

En actant la fermeture de plusieurs réacteurs nucléaires d’ici la fin du quinquennat, en plus de ceux de la centrale de Fessenheim.

En rejetant le CETA, le JEFTA et tous les accords de commerce du même type qui font primer les intérêts commerciaux sur l’enjeu climatique.

En privilégiant le développement du rail à celui du tout-routier.

En démultipliant les moyens pour accompagner les ménages dans la rénovation énergétique des logements. 

Les orientations du prochain budget de l’Etat devront démontrer l’ambition du gouvernement, sa prise de conscience et sa volonté de la traduire par une politique efficace et juste.

La Fondation et sa présidente Audrey Pulvar poursuivent avec détermination leur mission pour une transformation profonde de nos modes de vies, un monde plus respectueux du vivant et plus équitable.