Penser la transition

Les 3 propositions de la FNH pour passer de la prime à la conversion à la prime à la mobilité durable .

Publié le 08 août 2019
Alors que le gouvernement, face à ses contraintes budgétaires, resserre les critères de la prime à la conversion, on ne peut que constater le manque de dispositifs sociaux pour accompagner les ménages dans la transition vers une mobilité plus propre. C’est pourquoi la FNH propose d’élargir la prime à la conversion, pour proposer une véritable « prime à la mobilité durable ». L’objectif : mieux répondre aux besoins de mobilité des citoyens et accélérer la baisse des émissions de gaz à effet de serre et de polluants. Et ce, avec des moyens budgétaires raisonnables.

1. Cibler les aides sur l’achat de véhicules réellement moins polluants.

Supprimer les primes à la conversion pour l’achat de véhicules neufs roulant au diesel et à l’essence en 2020. Le maintien de la prime pour les diesels neufs, toujours polluants et nocifs pour la santé humaine, n’est pas cohérent avec l’objectif de lutte contre la pollution de l’air.

Véhicule électrique

2. Soutenir les personnes qui choisissent de prendre moins la voiture, pour favoriser les modes moins polluants, au quotidien.

Ouvrir la prime à d’autres formes de mobilité :

  • L’adhésion aux services d’autopartage et co-voiturage. 
  • L’acquisition de vélos électriques.

Transports doux, mobilité durable

3. Renforcer les aides pour les ménages les plus vulnérables.

Mettre en place un prêt à taux zéro, ou un dispositif de micro-crédit permettant de dépasser le frein à l’achat de véhicules électriques pour les populations les plus modestes.