Penser la transition

LES PROPOSITIONS DE LA FNH POUR ÉCLAIRER LE DÉBAT POLITIQUE SUR L'ÉNERGIE

Publié le 16 mai 2018
Le Gouvernement français est en train de préparer un nouveau plan énergétique pour la France, pour les 10 prochaines années. Situé à un tournant, ce plan sera déterminant pour l’avenir de notre pays. Soit la France décide de prendre le chemin de la transition énergétique, en s’orientant vers un modèle respectueux du climat, de l’environnement et de la santé de tous, basé sur les énergies renouvelables et la baisse de la consommation globale d’énergie. Soit elle s’enferme dans un système polluant et dangereux.

Ce choix, le gouvernement va le faire en 2018 avec l’adoption de la nouvelle Feuille de route de la France sur l’énergie : la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Ce document fixera les priorités de la France sur l’énergie jusqu’en 2023 et 2028. Combien d’éolien et de solaire ? Combien de nucléaire ? Quels objectifs de baisse de la consommation d’énergie ? La FNH présente ses principales propositions pour viser le 100% énergies renouvelables, un objectif réaliste.

eolienne

La France à un tournant

La transition énergétique passe par plusieurs chantiers complémentaires : les économies d’énergie, le développement des énergies renouvelables et la mobilité propre. Elle doit permettre de renforcer la résilience et la sécurité d’approvisionnement énergétique, en développant les énergies renouvelables et en économisant l’énergie. Elle suppose de nous libérer progressivement des énergies coûteuses, dangereuses et polluantes, que sont les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) et le nucléaire. Elle permet également de lutter contre la pollution de l’air grâce au développement des alternatives à la voiture, et contre la précarité des ménages, grâce à la rénovation des logements. Enfin, c’est une source d’activité économique et de créations d’emplois : jusqu’à 1 million créés d’ici 2050.

Les économies d’énergie : une ressource essentielle

s Comme l’a fixé la loi et le montrent de nombreuses études (ADEME, scénario negaWatt notamment), la France peut diviser par deux sa consommation d’énergie à horizon 2050. Pour cela, il faut d’abord isoler nos bâtiments, et en priorité les “passoires thermiques”, ces logements de classe F ou G qui sont si difficile à chauffer. Une Feuille de route nationale sur la rénovation énergétique est attendue. 

La massification de la rénovation dans le parc de logements privés passe par deux leviers principaux : assurer un conseil indépendant et de proximité aux ménages, afin d’engager les travaux les plus adaptés ; et orienter les financements publics vers les rénovations dites “performantes” (celles qui permettent de faire le plus d’économies d’énergie) et les ménages précaires. Outre la baisse de la facture énergétique, la rénovation génère pour ces ménages un cercle vertueux d’économies sur d’autres aspects comme les dépenses de santé. C’est aussi un secteur qui est amené à créer plusieurs centaines de milliers d’emplois. C’est donc un investissement qui présente de nombreux bénéfices pour la société. 

Il existe également d’importantes possibilités d’économies d’énergies sur les consommations d’électricité à la maison et sur les équipements domestiques (chaudières, chauffages d’appoint…), lesquelles allègeront aussi le budget des ménages. Pour cela, c’est simple : des normes plus strictes sur ces appareils amèneront les constructeurs à changer, et seront bénéfiques pour les consommateurs. 

Les énergies renouvelables : cap sur le 100% !

Les ONG ne sont pas les seules à penser que la France peut atteindre le 100% énergies renouvelables au milieu du siècle. Selon des études de l’Ademe, mais aussi en avril 2018 du Ministère de la Transition écologique et solidaire, grâce aux énergies renouvelables, il est possible d’atteindre la neutralité carbone à 2050 tout en se passant de nucléaire. 

Car oui, les énergies renouvelables sont aujourd’hui un moyen crédible de produire de l’énergie, qui nous permet d’envisager l’avenir avec plus de sérénité, notamment pour remplacer les centrales nucléaires et le pétrole. En effet, les renouvelables sont plus en plus compétitives, tant leur coût a baissé ces dernières années. Le dernier appel d’offres public sur l’éolien a affiché un prix de 65 euros le mégawattheure d’électricité, et 55 euros pour le solaire. A titre de comparaison, l’électricité de Flamanville, si elle est produite un jour, coûtera deux fois plus cher : 110 euros par mégawattheure. 

Faire le choix clair des énergies renouvelables, c’est fixer une trajectoire claire et ambitieuse pour le développement de ces énergies dans chaque filière (éolien terrestre et marin, solaire, biomasse, etc.), qui permette aux acteurs du secteur d’avoir de la visibilité pour investir. Selon la FNH, la prochaine PPE (ou Feuille de route énergétique) devra donc se donner pour objectif minimum d’aller au moins plus loins que les objectifs hauts de la précédente PPE, et qu’elle se donne les moyens d’aller vers 45 % d’énergies renouvelables en 2030.

Le développement des énergies renouvelables est également inséparable d’une appropriation locale de ces projets. C’est le constat qui a été fait, dans de nombreux pays en Europe, leaders en matière d’énergies renouvelables. C’est pourquoi nous défendons le fait d’atteindre, grâce à la PPE, 15 % des installations d’énergies renouvelables portées ou financées par les citoyens et les collectivités à l’horizon 2030.

Enfin, on ne peut pas développer durablement les énergies renouvelables dans notre pays sans faire sauter le verrou du nucléaire. Celui-ci absorbe trop de ressources, pour une énergie aujourd’hui trop coûteuse et trop dangereuse. Le principal énergéticien français est en situation économique critique, justement à cause de ses choix hasardeux dans le tout-nucléaire. Nous souhaitons que soit inscrite, dans la PPE, une trajectoire claire de réduction de la puissance nucléaire installée, avec des fermetures supplémentaires à Fessenheim d’ici à 2023, et d’autres fermetures d’ici à 2028. La PPE doit inscrire le nombre de réacteurs à fermer, et donner une visibilité claire sur l’évolution du parc nucléaire pour éviter des investissements inutiles et anticiper et accompagner les fermetures de réacteurs dans les territoires.

Développer la mobilité propre

Pour atténuer la pollution de l’air qui nuit à notre santé, et faire baisser les émissions de gaz à effet de serre, il faut limiter le trafic routier. Cela commence par le transport routier de marchandises, avec la suppression des avantages fiscaux du gazole routier et la fixation d’objectifs volontaristes pour le fret ferroviaire. Il s’agit aussi de limiter la part de la voiture individuelle, au moyen d’appels à projets co-financés par l’État pour donner accès à tous à une mobilité plus écologique, comme les transports en commun (750 millions d’euros) et les infrastructures cyclables (200 millions d’euros par an). Grâce à cela, il sera possible de généraliser les villes respirables, à basses émissions de CO2 et de polluants atmosphériques. Il est aussi souhaitable de renforcer les aides, comme l’indemnité kilométrique vélo et le bonus pour les vélos à assistance électrique.