Penser la transition

Notre-Dame-des-Landes : la Fondation Nicolas Hulot appelle le gouvernement à renoncer à un projet surdimensionné plutôt que d’aller vers une consultation inutile !

Publié le 05 avril 2016

Pour la Fondation Nicolas Hulot, la publication, ce jour, d’une étude sur les alternatives à Notre-Dame-des-Landes permet deux conclusions. D’une part, le projet existant, qualifié de surdimensionné, doit être définitivement abandonné et le réaménagement de l’aéroport existant est clairement mis sur la table comme une alternative sérieuse. D’autre part, l’inanité d’une consultation locale telle que le gouvernement la prévoit est prouvée. Quel sens aurait une consultation qui propose de se prononcer par oui ou par non sur un projet irréaliste ? Quelle légitimité à demander aux seuls électeurs de Loire-Atlantique de voter quand deux régions financent ce futur « aéroport du Grand Ouest »  dont la viabilité socio-économique a été justifiée sur un périmètre plus large encore ? Aucune. 

NDDL

La société civile s’est exprimée à l’unisson lors du dernier Conseil National de la Transition Ecologique (CNTE) pour condamner le projet d’ordonnance devant fixer les modalités d’une consultation locale sur Notre-Dame-des-Landes. Le CNTE a aussi exprimé la volonté de retravailler ce texte ; le gouvernement a choisi de l’ignorer et de transmettre dans la précipitation un projet d’ordonnance modifié à la marge au Conseil d’Etat. Rappelons que la FNH avait soutenu le principe d’une consultation locale pour sortir par le haut, mais les modalités finalement décidées par le gouvernement conduisent à tirer le dialogue environnemental vers le bas pour Notre-Dame-des-Landes comme pour tous les projets à venir. 

Pour la Fondation Nicolas Hulot, cette étude doit permettre de remettre le dialogue environnemental sur de bons rails en motivant l’abandon du projet d’aéroport initial, la publication d’expertises complémentaires concernant les alternatives proposées et le retrait d’un projet d’ordonnance néfaste.