Penser la transition

Portrait : Audrey, volontaire au centre de sauvegarde de la faune sauvage Tétras Libre

Publié le 02 septembre 2020
Après avoir effectué un master en conservation de la biodiversité, Audrey 26 ans, souhaitait parfaire son expérience sur le terrain. Elle s’est rapprochée d’associations naturalistes de sa région en Bourgogne et elle a décroché un service civique dans le centre de sauvegarde de la faune sauvage Le Tétras Libre, soutenu par la Fondation Nicolas Hulot. Retour sur son expérience.

Audrey, volontaire du centre de sauvegarde le Tétra Libre

Sensible depuis toujours à la cause animale et à la préservation de la biodiversité, c’est ainsi que Audrey a commencé en tant que bénévole dans un premier centre de soins, le centre Athénas à Lons le Saunier. Enthousiasmée par cette première expérience, Audrey a senti que le bénévolat n’était plus suffisant, elle avait besoin de se sentir plus engagée et à plus long terme pour en apprendre davantage.

Je n'aime pas me sentir impuissante face à une situation où un animal est blessé et j'avais l'envie d'agir concrètement au maintien de la biodiversité. Je savais qu'il existait le service civique et je me suis dit que 6 mois dans un centre de soins était exactement ce que je voulais faire depuis la fin de ma licence.

Alors Audrey a commencé ses recherches et a trouvé la mission parfaite. Elle réalise aujourd’hui une mission de service civique au centre de sauvegarde de la faune sauvage le Tétras Libre, soutenu par la Fondation Nicolas Hulot et inscrit sur sa plateforme J'agis pour la nature. Ce centre a pour but de recueillir, soigner, rééduquer les animaux sauvages en détresse puis de les relâcher dans leur milieu naturel. Il accueille différentes espèces d'oiseaux, mais aussi des mammifères comme des hérissons ou des faons. Depuis son ouverture en mai 2020, le Tétras Libre a déjà accueilli 290 pensionnaires ! 

Audrey a des missions très variées : la majeure partie du temps est consacrée au nourrissage des pensionnaires mais Audrey réalise également des auscultations, des soins et médication ainsi que de la médiation (gestion des accueils d'animaux blessés au centre et appels téléphoniques) mais également du management, car il faut tout expliquer aux nouveaux bénévoles et leur donner des missions qui sont elles aussi variées. 

Ce qu’elle aime particulièrement ? La polyvalence et le sentiment d’être utile. Au centre, il y a de quoi apprendre tous les jours, autant sur les animaux que sur soi-même.

Ses plus beaux moments ? « Ce sont évidemment ceux des relâchés on se sent vraiment satisfait de tout le travail accompli quand un animal retrouve son milieu naturel » nous confie Audrey.

Si comme Audrey la cause animale vous touche et que vous avez à cœur d’agir concrètement pour sa sauvegarde, voici son conseil : 

Foncez ! C'est une très belle expérience de vie et pour les jeunes qui n'osent, pas par manque de débouchée d'emploi derrière. Ce n'est pas grave, le tout est de vivre un projet auquel on accorde de l'importance... une structure pour laquelle on a un feeling ou des missions qu'on veut vraiment réaliser.

Où trouver une structure pour vous investir dans la protection de la nature et de la faune sauvage ? Direction le site J'agis pour la nature, le guide d'activités gratuites et ludiques pour protéger l'environnement, créé par la Fondation Nicolas Hulot :


Dans les mêmes thématiques

BiodiversitéSolidarités