Penser la transition

Pour éviter un nouveau Notre-Dame-des-Landes, réformons notre démocratie pour mieux prendre en compte le citoyen et l’environnement

Publié le 18 janvier 2018
Le cas de Notre-Dame-Des-Landes doit nous amener à nous assurer que les enjeux de long terme soient bien pris en compte dans chaque décision politique, chaque projet soutenu par l’Etat ou les collectivités, chaque décision d’investissement public.

Prendre en compte l’objectif de réduction du trafic aérien à long terme

Par exemple, la construction d’un nouvel aéroport n’est pas compatible avec la nécessaire neutralité en gaz à effet de serre que vise la France d’ici 2050. Comment éviter la croissance du trafic aérien sur le long terme, et plutôt amener le trafic à la baisse via le développement des alternatives à l’avion et la transformation de notre façon de nous déplacer ? 

C’est pour donner des réponses à ces questions, aujourd’hui ignorées par les décideurs politiques, que la FNH travaille depuis de nombreuses années sur nos institutions et formule des propositions permettant de mieux prendre en compte les enjeux de long terme dans la prise de décision publique. 

Pour une réforme de nos institutions 

L’une de ses propositions phares est l'Assemblée citoyenne du futur (ou « Chambre du futur »), conçue comme un contrepoids démocratique aux pressions du court terme. Le président Macron a annoncé sa création devant le Congrès à Versailles en début de quinquennat. Cependant, à ce stade, il n’a pas affiché la volonté de la doter des outils nécessaires pour lui permettre de répondre à ces défis. Reste désormais à avoir le courage de concrétiser cette annonce et de créer les institutions « nouvelle génération » qui éviteront que ne se reproduise le conflit vécu pendant des décennies à Notre-Dame-des-Landes.

Après NDDL, réformons nos institutions