Penser la transition

Préserver les sols, supports de la vie

Publié le 07 décembre 2017
Notre planète se distingue par une grande diversité de vie à la fois visible et invisible. De la bactérie à la baleine, de la pâquerette au baobab, du sol à la canopée, du désert à la forêt tropicale... tout est biodiversité. Elle joue un rôle majeur pour les êtres humains qui en retirent de l’eau potable, des matériaux de construction, des aliments, des médicaments, ainsi que des services tels la pollinisation des plantes par les abeilles ou la régulation du climat par la séquestration du carbone dans les forêts, les océans et les sols.

désertication des sols

Nous vivons la sixième extinction majeure des êtres vivants. La disparition et la dégradation des habitats naturels en est une des causes majeures. La désertification touche aujourd’hui près de 2 milliards d’hectares sur la planète, soit 40 % des terres émergées, parmi lesquelles 500 millions d’hectares de terre agricole. 

Les origines de ces dégradations sont multiples et variables selon les lieux : le changement climatique et les activités humaines (déforestation, surpâturage, excès de labour, arrachage des haies, utilisation de pesticides, excès de fertilisation chimique et défaut de recyclage, etc.). Les conséquences sont dramatiques pour les populations, qui voient disparaître des sols cultivable ainsi que des races et variétés locales seules garantes de la durabilité de notre alimentation, pour les espèces vivantes, privées d’habitat, et pour la stabilité du climat. À titre d’exemple, la déforestation représente à elle seule plus de 10 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. 

A la désertification dans les pays du Sud s’ajoute l’artificialisation des sols au Nord, artificialisation qui se traduit par le bétonnage et le goudronnage qui gagnent sur les espaces naturels (construction de bâtiments, d’infrastructures de transports, de parkings...). En France, c’est l’équivalent d’un département qui disparaît ainsi tous les 7 ans, réduisant les terres disponibles pour les cultures et la biodiversité. 

Heureusement, les solutions techniques et financières existent, comme la mobilisation des « financements climat » pour lutter contre la déforestation et lancer des programmes massifs de reforestation. 

Par ailleurs, la réhabilitation des terres dégradées permettrait de séquestrer une part importante des émissions mondiales de CO2 pour un coût moyen de 20 à 30 dollars par tonne de CO2 (à condition de ne pas utiliser de pesticides). 

Il s’agit également, en particulier dans les pays du Nord, de développer des politiques d’aménagement du territoire qui préservent les espaces naturels et limitent l’artificialisation des terres. Il s’agirait aussi de rétablir les continuités entre les espaces naturels afin que les espèces puissent se déplacer et ainsi assurer leur survie. C’est tout l’objet des réseaux écologiques, comme la Trame verte et bleue en France, qu’il faut continuer à soutenir. En matière d’agriculture, il faudrait développer l’agroécologie, qui est à même de nourrir les hommes tout en renouvelant la fertilité des sols, en assurant la dynamique de la biodiversité et le stockage du carbone. 

 

Désertifications des sols