Penser la transition

Quelle contribution du véhicule électrique à la transition énergétique ?

Publié le 04 décembre 2017
Le Plan climat lancé par le gouvernement français en juillet 2017 fixe à 2040 la fin de la vente des véhicules essence et diesel. Il est plus que temps d’en finir avec l’ère des véhicules polluants. Pour cela, la priorité est d’accélérer la transformation des pratiques de mobilité, en maîtrisant la demande, en favorisant la diversification des modes de déplacement ainsi que les nouveaux usages (covoiturage, partage), et en accélérant la conversion du parc vers les nouvelles motorisations.

Les atouts des véhicules électriques pour réduire la pollution locale de l’air, en particulier dans les villes, sont aujourd’hui largement connus. En revanche, leur contribution et les limites de celle-ci à la lutte contre le changement climatique, à la transition écologique, à l’atteinte des objectifs du Plan Climat méritent d’être clarifiées., Il en va de même vis-à-vis de la réduction des nuisances sur l’environnement et des pressions sur les ressources naturelles. C’est pourquoi, alors que le débat sur la nouvelle loi des Mobilités s’ouvrira en 2018, la Fondation propose une analyse des impacts environnementaux et climatiques des véhicules électriques, mais également des risques et des opportunités du déploiement de « l’électromobilité » en France, à l’horizon 2030, dans le cadre de la transition écologique et énergétique.

véhicule électrique et transition énergétqiue

Cette étude confirme que les atouts environnementaux du véhicule électrique sont intrinsèquement liés à la mise en œuvre de la transition énergétique et écologique. Les impacts de ce véhicule sur le climat et l’environnement varient en fonction du mix électrique qui est utilisé pour la charge des véhicules, et des externalités qui y sont liées (émissions de CO2, déchets radioactifs). Les atouts environnementaux des véhicules électriques pour lutter contre les changements climatiques notamment se confirment à horizon 2030 dans le cas où les objectifs de la loi de transition énergétique sont atteints, scénario 1, et se renforcent dans un scénario ambitieux de développement des renouvelables.

Dans un contexte de forte croissance du marché des véhicules électriques d’ici à 2030, la réduction des impacts de l’étape de fabrication est une des conditions de la soutenabilité de la filière. Les 4 leviers principaux identifiés pour maîtriser et réduire cet impact se situent au niveau des activités d’extraction de matières minérales, de l’efficacité des modes de production, de l’évolution des batteries – efficacité, taille, usage – et du renforcement des pratiques de recyclage.

Par ailleurs, les atouts environnementaux des véhicule électriques pourraient être accentués, selon l’analyse proposée ici, en maximisant l’usage des batteries pour la mobilité (partage de véhicules et augmentation du kilométrage) et / ou en utilisant la fonction de stockage, pour rendre des services au système électrique (« V2G »). L’analyse a permis de mesurer le bénéficie additionnel des services rendus au système électrique dans le cas de chacun des 3 scénarios proposés.

Enfin, l’étude met en avant l’intérêt de l’usage des batteries en seconde vie pour le stockage de l’électricité d’origine renouvelable notamment. Cet usage est un moyen d’optimiser les ressources naturelles, et pourra être un outil pour accélérer la transition énergétique au-delà de 2030. En effet, le stock de véhicules en 2030 est dès lors être perçu comme un point de passage vers 2050 : le niveau d’ambition du déploiement de l’électromobilité en France définira le potentiel de stockage disponible en 2040. Les 3 scénarios illustrent des chemins contrastés de ce point de vue.

Associé à une maitrise de la consommation énergétique (efficacité et sobriété), à une gestion intelligente de la charge, et au développement des capacités de stockage, l’électromobilité pourrait accompagner la transition énergétique, le développement des énergies renouvelables et une sortie progressive des énergies fossiles et nucléaire. Par cette démarche exploratoire, les partenaires impliqués ouvrent résolument un champ de réflexion, de dialogue et de collaboration entre le monde de la mobilité et celui de l’énergie.

Pour réaliser cette étude, la Fondation pour la Nature et l’Homme et la European Climate Foundation ont rassemblé des ONG, ainsi que des acteurs institutionnels et privés. Le secteur de l’automobile a été représenté par Renault, l’écosystème électromobilité par l’Avere-France, et les fabricants de batteries par Saft. L’Ademe et RTE ont apporté leur expertise dans le domaine de l’énergie et de la gestion des réseaux d’électricité. Cinq ONG ont également participé : le Réseau Action Climat France, le WWF France, le Réseau pour la transition énergétique (CLER), la Fondation pour la Nature et l’Homme et enfin, la Fondation européenne pour le climat. La prospective 2030 a été réalisée par Carbone 4. Afin de valider la robustesse de la méthodologie abordée, quatre experts indépendants ont effectué une revue critique de l’étude.