Le plan Ecophyto 2 présenté aujourd'hui se cherche un nouvel indicateur de suivi. C est loin d'être anecdotique. Face à l'incapacité du premier plan à réduire l'utilisation des pesticides, le risque est fort de changer pour un indicateur plus complaisant. La porte est ouverte à la mise en place d'un indicateur dégradé qui mettrait à mal non seulement la mesure de la diminution réelle des usages mais aussi l'efficacité des certificats d'économie de produits phytopharmaceutiques (CEPP), principale disposition du nouveau plan. Rappelons que le rapport du député Dominique Potier recommandait de conserver l'indicateur de suivi existant (NODU) qui avait été choisi à l'issue d'un long processus de concertation. La Fondation Nicolas Hulot s'alarme que ce débat soit relancé et défendra le maintien de l'indicateur existant lors du nouveau processus de concertation qui devrait aboutir avant fin 2015.

26/10/15