Penser la transition

Des initiatives pour réduire le gaspillage et améliorer le bien-être dans les cantines !

Publié le 15 octobre 2018
Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir manger des produits de qualité, sains, et issus de productions locales. En 2022, les cantines scolaires devront servir 20% de produits biologiques. Si le secteur de la restauration collective a besoin de moyens et d'outils pour atteindre ces objectifs, de nombreuses initiatives existent déjà qui prouvent chaque jour que ce changement est ambitieux mais réaliste !

#LetsBio

Un objectif : multiplier les engagements avec Mon Restau Responsable

Aujourd'hui déjà, la Fondation propose un système participatif de garantie pour aider les restaurants collectifs volontaires qui souhaitent s'engager dans une démarche de montée en qualité des repas sans augmenter le prix pour les convives. C'est la démarche Mon Restau Responsable®.

Première garantie participative dédiée à la restauration collective, Mon Restau Responsable propose une méthode souple et évolutive, axée sur le progrès dans la durée, aussi bien en termes d'assiette responsable que de bien-être des convives, ou de lutte contre le gaspillage. L'objectif est d'accompagner la restauration collective dans la mise en place de repas sain, de qualité, respectueux de l'environnement, et participant à la dynamique économique du territoire, le tout sans augmenter la facture pour les consommateurs. A ce jour, plus de 500 restaurants sont engagés !

Quelques exemples d'initiatives novatrices dans les restaurants collectifs

Parmi les cantines engagées dans la démarche Mon Restau Responsable®, certaines font preuves d'une grande créativité. Coup d'œil sur certaines initiatives, notamment concernant le gaspillage, qui peuvent vous inspirer !

Fortement engagée dans la baisse du gaspillage alimentaire, la cantine du collège du Val d'Oudon sur la commune Le-Lion-d'Angers, a opté pour une méthode pédagogique afin de sensibiliser les élèves.

L'objectif est de passer sous les 40 grammes de déchets alimentaires par plateau, contre environ 65 grammes aujourd'hui. 

Les assiettes sont servies en fonction de la demande des enfants afin de viser au plus juste. En parallèle, la cantine a instauré la pesée hebdomadaire des déchets alimentaires afin de déterminer le coût du gaspillage de la semaine. Les sommes estimées chaque semaine sont converties en activité ou objet que le collège aurait pu acquérir. Si le gaspillage avait pu être évité, le collège aurait pu acheter un babyfoot pour les élèves, une table de ping-pong, ou même le financer une sortie scolaire.

En affichant devant les 580 élèves les occasions d'achats ou de sorties que la réduction du gaspillage permettrait, cette démarche se veut positive, ludique et pédagogique.

La Mairie du Verdon sur Mer a engagé les cantines scolaires dans la démarche Mon Restau Responsable depuis juin 2017. Afin de travailler sur l'éducation au goût, les cantines organisent des " mardis-découverte ". Chaque mardi midi, une petite portion d'un aliment original ou d'un légume méconnu est proposée aux élèves afin de leur faire découvrir de nouvelles saveurs et de réhabiliter certaines denrées oubliées. Les élèves de maternelles sont aussi sensibilisés à travers la mise en place d'ateliers d'éveil au goût durant le temps périscolaire. 

L'EPARC, qui gère la cantine centrale desservant les établissements scolaires d'Anger, s'est engagé à associer les convives à l'évaluation des repas. Chaque nouvelle recette est testée auprès d'un groupe d'enfants qui rend son avis sur les sensations gustatives, olfactives, et visuelles. Engagement d'autant plus important pour réduire le gaspillage, que les enfants n'ont pas les mêmes perceptions au goût que les adultes. Pour réduire encore les déchets alimentaires, l'EPARC a décidé de réduire la quantité servie des denrées sur lesquelles le gaspillage et le plus important.

Toujours à Angers, les collèges ont instauré la possibilité aux élèves de proposer leurs propres recettes, un bon moyen de concilier plaisir des convives et réduction du gaspillage alimentaire. 

Au collège Trémolières d'Angers les élèves des collèges ont aussi l'opportunité de travailler avec leurs professeurs d'arts plastiques pour créer un logo " fait collège ", qui sera par la suite, utilisé par tous les collèges du Maine-et-Loire.

Le CHU d'Angers c'est aussi engagé dans la démarche Mon Restau Responsable. L'établissement souhaite relever un défi de taille en passant aux emballages composables d'ici 4 ans. Afin d'améliorer le bien-être des convives et l'attractivité des repas, la nourriture est désormais servie dans des barquettes noires et les composantes ne sont plus séparées. Par exemple, la viande est servie dans la même barquette que les légumes et les féculents : 3 fois moins d'emballages et une assiette plus attrayante !

Le Bonus Cantine Bio et Locale, qu'est-ce que c'est déjà ?
Le Bonus Cantine Bio et Locale est une aide financière publique de 3 ans. Elle vise à inciter et soutenir les cantines volontaires souhaitant introduire des produits biologiques issus de productions locales. Plus largement, le Bonus permet la mise en place de projets de transformations de la restauration collective. Il ne concerne pas seulement le lutte contre le gaspillage mais également l'instauration de plus de produits frais et moins de protéines animales. Il permettrait d'amortir les investissements associés à cette démarche de montée en qualité, sans augmenter le prix des repas pour les élèves. Cette aide serait de 20 euros par enfants et par an. Dans l'assiette, cela se traduirait par au moins une composante bio en plus par jour (ex : les légumes, les yaourts, etc.), en plus du pain.

 Retrouver plus d'information sur notre proposition de Bonus Cantine Bio et locale ici >>> http://www.fondation-nature-homme.org/magazine/le-bonus-cantine-bio-et-l...