Mes vacances

Quelle destination ?

Je réfléchis à ma destination

Opter pour la proximité > Le choix d’un mode de transport pour accéder à un lieu de vacances est à étudier de très près (voir la page Mes déplacements). Pour des trajets inférieurs à 700 km, préférez le train.

Les voyages en avion ou en voiture émettent du CO2 : vous pouvez compenser ces émissions en participant au financement de projets de développement qui économisent du CO2 et aident des populations défavorisées.

Voici quelques chiffres qui peuvent aider à la réflexion > Consommation d'énergie primaire des moyens de transport (en gramme équivalent pétrole par passager et par km) :

transports

Respecter la nature

Je ne laisse pas de déchets derrière moi

Faire place nette > Un lieu que l’on visite doit d’être respecté : il n’est pas correct de laisser derrière soi ses déchets, quels qu’ils soient.

Prévoir léger > Avant de partir en voyage, les bagages doivent être préparés avec soin, le matériel à emporter débarrassé de ses emballages. Autant de déchets qui ne seront pas laissés sur place !

Rapporter certains déchets > Certains pays ne disposent pas d’infrastructures pour éliminer convenablement les déchets : il vaut mieux dans ce cas repartir avec ceux qui sont non destructibles (sacs plastique, piles, batteries...).

Être responsable > Le moindre déchet abandonné dans la nature a de fortes chances de s’y trouver encore l’année suivante. La démarche responsable est de prendre avec soi un sac plastique pour récupérer ses déchets avant de les mettre à la poubelle.

Un chewing-gum jeté a besoin d’environ 5 ans pour se dégrader naturellement, une canette plusieurs dizaines d’années.

Je respecte les zones protégées

Un effort commun > Les réserves naturelles et les parcs nationaux sont soumis à des réglementations particulières, qui visent à protéger les espèces et les espaces. L’impact des randonneurs sur la nature peut être ravageur. Il est donc important, pour protéger ces lieux authentiques, de suivre scrupuleusement les recommandations, et de payer, le cas échéant, les taxes qui participent à leur entretien.

Les parcs nationaux accueillent, en France, plus de 7 millions de visiteurs par an

J’économise l’eau

Une denrée précieuse > L’eau potable est parfois très rare dans certains pays : il faut l’utiliser avec modération, notamment pour la toilette.

Une pureté a préserver > Par ailleurs, il faut limiter au maximum les pollutions car les infrastructures de traitement peuvent être inexistantes ou peu performantes : les lessives sans phosphates, les savons et détergents biodégradables sont à privilégier. Enfin, il faut s’efforcer, dans le cadre d’un voyage “à la dure”, de laver son linge ou de faire sa toilette en aval des habitations et à distance des points d’eau potable.

Un touriste dans un hôtel en Afrique consomme 7 à 10 fois plus d’eau pour se laver qu’un habitant local pour arroser son champ et nourrir sa famille.

Je sélectionne mes souvenirs

En voie de disparition > Les objets provenant d’animaux, de minéraux ou de plantes (écailles de tortue, ivoire, coraux, bois rares...), menacent directement certaines espèces : il faut les boycotter, de même que les animaux vivants. Le trafic d’espèces sauvages vient au troisième rang mondial, après celui de la drogue et des armes.

Favoriser l’emploi > Les souvenirs à rapporter de préférence sont ceux qui participent à l’équilibre économique des communautés locales concernées.

Les éléphants d’Afrique, à cause du commerce de l’ivoire pourtant totalement interdit depuis 1989, sont passés de 2,5 millions au début des années 70 à 400 000 aujourd’hui.

Je compense mes émissions incompressibles de carbone
Que l'on soit un particulier, une entreprise, une institution ou une collectivité, limiter son impact sur le climat s'inscrit dans un parcours en trois étapes.
1. En priorité, réduire ses émissions de CO2 à la source c'est-à-dire lutter contre le gaspillage, économiser l'énergie, repenser ses besoins pour qu'ils soient moins énergivores et adopter des comportements plus sobres en énergie et moins émissifs en CO2. Cela passe par un état des lieux de ses émissions de gaz à effet de serre grâce au Coach Carbone et par l'adoption d'écogestes.
2. La recherche de l'efficacité énergétique ou comment faire mieux avec moins de consommation énergétique et moins d'émissions de CO2. Cela passe par la recherche de la performance énergétique, l'isolation de son logement ou encore l'investissement dans les énergies renouvelables.
3. Dès lors qu'on a franchi ces 2 étapes et pour les émissions de gaz à effet de serre liées à la consommation quotidienne d'énergie à l'usage des besoins fondamentaux, il est possible de compenser volontairement tout ou partie de ses émissions de CO2 incompressibles, c'est-à-dire celles que l'on a pas pu éviter. Cela consiste à réduire son impact sur l'environnement en soutenant des projets de reduction des émissions de gaz à effet de serre (efficacité énergétique, énergies renouvelables) ou de séquestration du carbone (reforestation).
A cette fin, il existe des programmes de développement mis en oeuvre dans les pays du Sud visant à réduire la précarité des populations les plus vulnérables face au changement climatique. Ils sont basés sur l'accès à l'énergie et visent des bénéfices environnementaux, sociaux et économiques.
A titre d'exemples :
- CO2 solidaire vous propose d'affecter votre compensation carbone volontaire dans une action de solidarité climatique.
- Action carbone propose également un programme solidaire, sans but lucratif, pour lutter ensemble contre le changement climatique.